Acceptation du risque par le salarié et responsabilités de l'employeur

Les obligations des travailleurs dans le domaine de la sécurité et de la santé au travail n’affectent pas le principe de responsabilité de l’employeur. Les juges ne peuvent limiter le montant de l’indemnisation d’un salarié au motif qu’il aurait accepté le risque auquel il était exposé.

Un salarié qui fait l’objet de plusieurs arrêts de travail successifs pour maladie est déclaré inapte à tout poste de travail comportant des déplacements à l’échelon national. Le travailleur est licencié pour impossibilité de reclassement. Une action est engagée pour manquement de l’employeur à son obligation de sécurité de résultat.

L’employeur évoque que le salarié avait accepté le risque. Il avait en effet accepté une augmentation de son salaire en compensation des conditions qu’il dénonçait devant les tribunaux. De même, les certificats médicaux montraient qu’il avait connaissance des conséquences de ses conditions de travail sur son état de santé.

Compte tenu de ces arguments, la Cour d’appel décide de limiter le montant des dommages et intérêts alloués pour les manquements de l’employeur à son obligation de résultat.

La Cour de cassation rejette les arguments de la Cour d’appel. L’acceptation du risque par le salarié concernant la préservation de sa santé et de sa sécurité n’ont pas pour effet d’atténuer la responsabilité de l’employeur.

Arrêt de la chambre sociale de la Cour de cassation du 10 février 2016 – N°14-24350

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.