Conseils et réglementations pour affronter le froid.

Froid triangle 2L'hiver est parfois rude pour les salariés du BTP qui travaillent soient à l'extérieur ou à l'intérieur de bâtiment non isolés. Voici quelques conseils de prévention pour lutter contre le froid.

Les signes d'alertes

Des frissons, attention danger, vite à l'abri. Effectivement n'hésiter pas à vous réchauffer dans un local, car les frissons sont un signe avant-coureur.

  •  Lorsque le salarié a les doigts ou les orteils qui deviennent violacés et douloureux ou les doigts qui deviennent  blancs et douloureux (syndrome de Raynaud)
  • Lorsque le salarié éprouve des difficultés à effectuer certains mouvements avec ses mains (prendre des objets, exécuter certaines manipulations, etc.) 
  • Lorsque le salarié sent que les bouts de ses doigts sont insensibles et engourdis 
  • Des douleurs articulaires apparaissent ou s’aggravent

Froid intense, baisse de performance
Le corps doit maintenir une température de l’ordre de 37 °C pour qu'il fonctionne au maximum. En dessous de 35 °C, l’hypothermie menace.

L'hypothermie avancée provoque des troubles neurologiques et cardiaques. Mais un autre risque guette les travailleurs du BTP : les gelures et engelures. Elles touchent les extrémités (mains, pieds) et le nez. Si elles ne sont pas prises à temps, elles peuvent être responsables de nécroses des tissus. Le froid entraîne également une augmentation de la tension artérielle et favorise les troubles musculo-squelettiques. Sans compter qu’il impacte les performances : la gestuelle est plus lente et plus maladroite, la fatigue accrue et le risque d’accident du travail plus important. Certains souffrent du syndrome de Raynaud, un trouble vasculaire qui se caractérise par une vasoconstriction des vaisseaux des extrémités. Les pieds et les mains blanchissent, les doigts deviennent gourds. Le retour du sang s’accompagne de rougeurs et de douleurs.
Pour limiter ces risques sur les chantiers, l’employeur doit organiser le travail, aménager des locaux de pause chauffé.

Les conseils

Favoriser la rotation des taches pour profiter des heures les plus chaudes Eviter les activités physiques trop intenses

Boire régulièrement des boissons chaudes.

S'habiller chaudement en priviliégeant la superposition de couches

Taper des pieds au sol et se frotter les mains pour booster la circulation sanguine

 

 

Des idées fausses !

Le café, est bon pour se réchauffer ,mais contrairement à ce qu'on peut croire, c'est un diurétique comme le thé et favorise l'envie d'uriner qui entraine une perte d'eau, donc préférez du chocolat chaud.

L'alcool donne une impression de chaleur mais en réalité cette chaleur reste en périphérie mais l'intérieur du corps n'est pas réchauffé.

 

En savoir plus sur le site de l'OPPBTP►https://www.preventionbtp.fr/Actualites/Toutes-les-actualites/Sante/Nos-conseils-pour-affronter-le-froid

 

 

Réglementation

Aucune indication de température minimale n’est donnée dans le Code du travail. Mais certaines dispositions répondent au souci d’assurer des conditions de travail adaptées et de prévenir les risques liés au froid.
Il n’est pas possible de définir une valeur seuil de température « froide » en milieu professionnel. Des critères physiques, climatiques ou individuels sont à prendre en compte, ainsi que la dépense énergétique liée à la réalisation du travail.

Obligations de l’employeur
L’employeur met en œuvre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs (article L. 4121-1 du Code du travail), en application des principes généraux de prévention du Code du travail.
Il doit notamment prendre en compte les conditions de température lors de l’évaluation des risques et mettre en place des mesures de prévention appropriées.
L’employeur doit aménager les situations de travail à l’extérieur de manière à assurer, dans la mesure du possible, la protection des travailleurs contre les conditions atmosphériques (article R. 4225-1 du Code du travail).
L’employeur doit aussi veiller à ce que les locaux fermés affectés au travail soient chauffés pendant la saison froide. Le chauffage doit être assuré de telle façon qu’il maintienne une température convenable (article R. 4223-13 du Code du travail) .

Obligations du maître d’ouvrage
En ce qui concerne l’aménagement des locaux de travail, le maître d’ouvrage est tenu de veiller à ce que les équipements et caractéristiques des locaux permettent « d’adapter la température à l’organisme humain pendant le temps de travail, compte tenu des méthodes de travail et des contraintes physiques supportées par les travailleurs, sans préjudice des dispositions du Code de la construction et de l’habitation relatives aux caractéristiques thermiques des bâtiments autres que d’habitation » (articles R. 4213-7 et R 4213-9 du Code du travail).

Droit de retrait du salarié
S’agissant de l’exercice du droit de retrait des salariés (articles L. 4131-1 à L. 4131-4 du Code du travail), il est rappelé que celui-ci s’applique strictement aux situations de danger grave et imminent.
Dans les situations de travail exposant au froid, une évaluation des risques et la mise en place de mesures de prévention appropriées permet de limiter les situations de danger.
Jeunes travailleurs
Les jeunes travailleurs de moins de 18 ans ne peuvent être affectés qu’à des travaux légers qui ne sont pas susceptibles de porter préjudice à leur sécurité, à leur santé ou à leur développement (article D. 4153-4 du Code du travail).
Il est interdit d’affecter les jeunes aux travaux les exposant à une température extrême susceptible de nuire à la santé (article D. 4153-36 du Code du travail).

Source :INRS►http://www.inrs.fr/risques/froid/reglementation.html

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.