Les ruptures conventionnelles individuelles en 2018

En 2018, 437 700 ruptures conventionnelles individuelles ont été homologuées, soit une augmentation de 3,9 % par rapport à 2017. Elles augmentent dans chaque secteur d’activité de façon plus ou moins marquée : la hausse du nombre de ruptures conventionnelles atteint ainsi 10,0 % dans le secteur de l’information et de la communication mais seulement 0,7 % dans celui des activités immobilières.

En termes de profils de salariés, les signataires de rupture conventionnelle sont plus jeunes et plus souvent employés que l’ensemble des salariés du secteur privé. À rémunération et ancienneté constantes, ce sont les cadres qui obtiennent, en 2018, les meilleures indemnités de rupture : 0,31 mois de salaire par année d’ancienneté, contre 0,25 pour les ouvriers et les employés (soit l’indemnité légale).

Des évolutions contrastées selon les régions

Les évolutions du nombre de ruptures conventionnelles varient selon les régions (carte). En 2018, le nombre d’homologations a fortement augmenté en BourgogneFranche-Comté (+7,4 %) et en Corse (+6,4 %). Huit régions affi chent une hausse comprise entre 3 % et 6 %, dont l’Îlede-France (+3,8 %) qui représente à elle seule un quart de l’ensemble des ruptures enregistrées en France métropolitaine. En revanche, le nombre d’homologations a diminué en Normandie (-2,5 %).

Sans titre 79

Sans titre 80

Sans titre 81

Enquête de la DARES ►https://dares.travail-emploi.gouv.fr/dares-etudes-et-statistiques/etudes-et-syntheses/dares-analyses-dares-indicateurs-dares-resultats/article/les-ruptures-conventionnelles-individuelles-en-2018

Ajouter un commentaire